vendredi 30 juin 2017

Z comme... les Zimberts

Mon arrière-grand-mère Marie Benoite dite Agathe NESME (Mamé), ainsi que ses frères et soeurs sont nés aux Zimberts, à Montmelard. Ou du  moins, c'est ce qu'a écrit le maire de la commune dans les actes les concernant.


Acte de naissance de Marie Benoite NESME - 1875 - Montmelard AD71

En réalité, le lieu-dit se nomme "Les Imberts", mais Monsieur le Maire ne le savait sans doute pas, et en 1875, les noms de lieu et de personnes étaient encore assez variables.


Localisation du lieu-dit "Les Imberts" à Montmelard - Google Maps

C'est grâce à cette écriture phonétique que je peux terminer aujourd'hui le challengeAZ 2017.

J'ai essayé au cours de ce mois de juin de vous faire voyager dans 26 lieux différents, à la rencontre de mes ancêtres et de ceux de mon épouse.

J'avais envie de vous montrer qu'il est important de se déplacer dans les lieux où ont vécu nos ancêtres.

Bien sûr, c'est dans les documents d'archive que nous pouvons trouver les éléments permettant de retracer leurs vies, et bien souvent depuis chez nous, le nez sur l'écran d'ordinateur.

Mais aller sur place est le meilleur moyen de se rendre compte de leur environnement quotidien, même s'il a forcément changé depuis. Nous pouvons ainsi essayer de mettre nos pas dans les leurs, de nous rendre compte des distances qu'il parcouraient, sans moyen de locomotion moderne, pour aller déclarer la naissance du petit dernier à la mairie depuis leur hameau éloigné du bourg, ou pour aller se marier à l'autre bout du canton.

Donc un conseil : voyagez avec vos ancêtres !

Y comme... MalleloY

Je n'ai trouvé dans mon arbre généalogique aucun lieu commençant par un Y, je me suis rabattu sur ceux terminant par un Y, et comme j'ai plusieurs ancêtre qui ont vécu à Malleloy, le choix s'imposait.

Ce petit village de Meurthe et Moselle est voisin de la commune de Faulx où j'ai retrouvé les ancêtres de mon grand-père maternel sur près de 250 ans. Et de temps en temps, les habitants de Faulx allaient se chercher une épouse à Malleloy, ou inversement.

Plan de Malleloy et des communes alentours - Google Maps

Les actes que je vous propose aujourd'hui ne sont pas gais puisqu'il s'agit de deux actes d'inhumation.

Ils concernent un enfant et la première épouse de mon ancêtre Charles VAUGUET dit DEMARET, qui était pâtre à Malleloy.


Acte de sépulture d'un enfant de Charles VAUGUET dit DESMARET - 1783 - Malleloy AD54
L'an mil sept cent quatre vingt trois le premier
janvier vers cinq heures du soir un enfant
de Charles Vauguet dit Desmaret pâtre de cette
paroisse et de Magdelaine Vaugin son épouse, né
la veille vers cinq heures du matin et baptisé
à l'instant par la matronne et mort en grand un
moment après, a été inhumé dans le cimetière
de cette église en présence dudit Charles Vauguet
son père et de Pierre Lhuillier régent d'école
de cette paroisse qui ont signé avec nous,
rature de la sixième ligne approuvée.


Acte de sépulture de Marguerite VAUGIN - 1783 - Malleloy AD54

L'an mil sept cent quatre vingt trois le
premier janviers vers cinq heures du soir pour
cause de corruption Magdelaine Vaugin agée
de trente ans épouse de Charles Vauguet pâtre
dit Demaret pâtre de cette paroisse morte
subitement le même jour vers une heure du
matin a été inhumé dans le cimetière de
cette église en présence dudit Charles Vauguet pâtre
et de Pierre Lhuillier régent d'école de cette
paroisse qui a signé avec nous, rature de
la quatrième ligne approuvée.

Ces deux actes sont très représentatifs du risque encouru par nos ancêtres lorsqu'elles accouchaient. Cet enchainement d'actes de sépulture ou de décès d'un enfant et de sa mère était malheureusement courant. Parfois, le curé inscrivait les deux inhumations dans le même acte, comme pour Catherine MASSON à Faulx.

Charles VAUGUET dit DESMARET et Magdelaine VAUGIN s'étaient mariés le 9 novembre 1779 à Frouard, et ils n'avaient pas eu d'autre enfant.

Charles ne devait pas aimer vivre seul, car 6 semaines plus tard, le 18 février 1783, il se remaria avec Marguerite BEAULIEU à Morey, commune qui a fusionné en 1971 avec Belleau.

A ce jour, j'ai retrouvé 7 enfants du couple, mais les variations incessantes du nom de famille complexifient les choses :
  1. Charles Dominique, né le 28 mai 1784 à Malleloy. Son acte de décès en 1844 dit qu'il était le mari de Barbe PERRIN, mais je n'ai pas encore trouvé le mariage.
  2. Catherine, née le 31 juillet 1786 à Malleloy. Pas d'autre information
  3. Jean, né le 1er décembre 1788 à Malleloy. Pas d'autre information    
  4. Jean Baptiste, né le 24 septembre 1791 à Malleloy. Il épousa le 4 mai 1819 Marguerite VASMAIRE à Montenoy
  5. Etienne, né le 28 septembre 1793 à Malleloy et mort à 1 an le 25 septembre 1794 à Faulx
  6. Françoise, née le 27 brumaire de l'an V à Malleloy. Elle épousa Jean GARO à Montenoy le 14 novembre 1820. Ce sont mes ancêtres
  7. Marguerite, née le 24 thermidor an VII à Malleloy. Elle épousa Joseph SOMMIER le 28 mars 1857 à Lay-Saint-Christophe
Pour l'anecdote...
Lors d'un anniversaire, des amis de mon épouse lui ont offert une nuit dans un hôtel de charme. C'est ainsi que nous avons dormi dans l'une des tours du château de Morey, juste à côté de l'église où mes ancêtres s'étaient mariés.



Morey - vue du château et de l'Eglise  - Wikimedia Commons

Aperçu généalogique

Nom : Charles VAUGUET dit DESMARET
Parents : Nicolas VAUGUET dit DESMARET et Claudine NOUTZ
Conjoint : Magdelaine VAUGIN puis Marguerite BEAULIEU
Lien de parenté : mon ancêtre à la 8ème génération
  1. Charles VAUGUET dit DESMARET
  2. Françoise DESMARET
  3. Dominique GARO
  4. Marie Louise GARO
  5. Adrien FOURNIER
  6. Henri FOURNIER
  7. Ma maman
  8. Moi

jeudi 29 juin 2017

X comme... Xouaxange

Non seulement Xouaxange existe, mais j'ai un ancêtre qui y a vécu. Je n'ai même pas à tricher pour rédiger cet article 😉

Xouaxange est un village de Moselle, de quelque 300 habitants, situé à quelques kilomètres de Sarrebourg, et tout proche de Niderhoff où est né Joseph DELY.

Plan de Xouaxange et des communes alentours - Google Maps

C'est mon lointain ancêtre Marcel SANBOEUF qui y a vécu au début du 18ème siècle, comme je l'ai découvert dans le formidable livre "Les Familles de Niderhoff" de Jean Marie THIAVILLE. A partir des registres paroissiaux et d'Etat civil, l'auteur a reconstitué les familles de Niderhoff sur près de 250 ans.


Les registres mosellans n'étant toujours pas en ligne, cet ouvrage fut pour moi une vraie bible dans la recherche de mes ancêtres dans ce secteur.

Par contre, je n'ai pas d'acte à vous présenter aujourd'hui. Mais en recoupant les informations de ce livre avec les relevés mis à disposition par deux associations (le groupement des Cercles Généalogiques de la Moselle et l'Association Pages de Vie) sur Filae.com, voilà ce que j'ai pu déduire :

Marcel SANBOEUF a 41 ans quand il épouse le 28 mai 1684 à Niderhoff Catherine HAUMANT, âgée de 34 ans. Ses parents ne sont pas indiqués, ce qui, avec son âge, laisse penser qu'il est veuf. Quant à Catherine, elle est la fille de Jean HAUMANT, sergent du domaine de Turquestein, et d'Elisabeth BAUB.

Le couple eut 6 enfants :
  1. Nicolas né le 20 février 1683 à Niderhoff, qui épousa Marie MESBILLE le 3 juillet 1708 à Hattigny. Cette date de naissance antérieure au mariage est bizarre : soit ses parents ont fait Pâques avant les Rameaux, soit Nicolas serait le fils d'une union précédente de son père (un certain Mathias SANBOEUF, fils d'un Marcel SANBOEUF, se marie en 1700 à Sarrebourg, ce qui me fait penser encore davantage à l'hypothèse d'un premier mariage pour "mon" Marcel).
  2. Jean né le 16 juin 1686 à Niderhoff. Il se maria avec Catherine DALENCONTE le 16 juin 1711 à Hattigny
  3. Catherine née le 26 octobre 1688 à Niderhoff. Elle épousa en 1ère noce Antoine BENAD le 15 février 1707 à Hattigny. Ce sont mes ancêtres. Elle se remaria le 7 septembre 1717 avec Laurent MASSON, toujours à Hattigny
  4. Marie Louise née vers 1690 à Niderhoff. Elle se maria le 12 septembre 1719 avec Dominique VILLAUME à Xouaxange
  5. Françoise née le 30 septembre 1691 à Niderhoff. Elle épousa Demange DALENCONTE le 25 septembre 1710 à Hattigny.
  6. Anne qui épousa le 30 janvier 1720 à Xouaxange Nicolas VILLAUME
Après la mort de sa femme à Niderhoff en 1710, Marcel s'installa à  Xouaxange où plusieurs de ses enfants se sont mariés. Il mourut finalement le 27 décembre 1729 à Hattigny.

J'espère que les registres de la Moselle seront mis en ligne un jour prochain afin que je puisse aller vérifier tout cela par moi-même.


Aperçu généalogique

Nom : Marcel SANBOEUF
Parents : Inconnus
Conjoint : Catherine HAUMANT
Lien de parenté : mon ancêtre à la 11ème génération
  1. Marcel SANBOEUF
  2. Catherine SANBOEUF
  3. Antoine BENAD
  4. Marie Françoise BENAD
  5. Jean Pierre DÉLY
  6. Joseph DÉLY
  7. Alfred DÉLY
  8. Georgette DÉLY
  9. Henri FOURNIER
  10. Ma maman
  11. Moi

W comme... Waville

Pour cette difficile lettre W, j'aurais pu vous emmener à nouveau sur le champ de bataille de Wagram à la suite de mon ancêtre Henry VILLECOURT, mais je l'ai déjà fait en 2013 et en 2014, et je n'ai pas avancé sur le sujet depuis.

J'ai donc décidé de vous parler de la commune de Waville qui n'apparaît dans mon arbre qu'une seule fois.

Rappelez-vous, dans l'article O comme... Onville publié il y a quelques jours, un certain Hubert ESSELIN, 38 ans, vigneron, domicilié à Waville, était témoin au mariage de sa nièce Thérèse HUMBERT avec Louis FRANQUIN.


Plan de Waville et des communes alentours - Google Maps

Waville étant une commune voisine d'Onville, c'est assez cohérent d'avoir un témoin qui y habite, mais voyons un peu ce qu'on peut découvrir sur Hubert.

C'est un oncle de Thérèse HUMBERT du côté maternel : il est donc le frère de Barbe ESSELIN que j'avais noté originaire de Villecey sur Mad, où elle s'est mariée en 1814 avec Rémy HUMBERT.

Une rapide recherche sur Filae.com me permet de trouver le mariage de Hubert ESSELIN avec Jeanne Thérèse MAILLARD le 31 janvier 1826 à Waville.

L'acte indique qu'il est né et domicilié à Waville, où son père Toussaint ESSELIN est mort le 29 janvier 1821 et où réside encore sa mère Elisabeth MARTIN, 66 ans.

Ces informations ne sont pas cohérentes avec ce que j'avais noté dans mon arbre. De l'acte de mariage de leur fille Barbe à Villecey,  j'avais déduis que Toussaint ESSELIN et Elisabeth MARTIN avait dû y décéder.

En vérifiant mes sources, je me suis rendu compte que je n'avais pas consulté l'acte de mariage mais uniquement un relevé sur le service Minitel 3617 GENLOR, il y a très longtemps.

Maintenant que les registres sont en ligne, voyons ce que contient l'acte original :


Mariage de Rémy HUMBERT et Barbe ESSELIN - 1814 - Waville AD 54

Le mariage de Rémy HUMBERT et Barbe ESSELIN a été célébré le 9 novembre 1814 à Waville, et pas à Villecey sur Mad.

Le marié est âgé de 21 ans et 9 mois. Il est né à Onville, où il habite avec sa mère Anne Marie ANTOINE, son père Rémy HUMBERT Le Jeune étant déjà décédé.

La future épouse est âgée de 20 ans et 9 mois et elle est née à Waville. Elle est la fille de Toussaint ESSELIN, vigneron à Waville et d'Anne Elisabeth MARTIN.

Bref, pas la moindre trace de Villecey sur Mad dans cet acte : comment ai-je pu noter cette commune dans mon fichier pour ce mariage ? Cela reste un mystère...


En tous cas, j'ai un nid d'ancêtres à Waville, et donc de quoi faire d'autres articles sur la lettre W dans les prochains challengeAZ 😊

Pour continuer...
Je vois qu'il reste 57 événements dans mon arbre qui ont comme source "Minitel 3617 GENLOR" : il va falloir que j'aille vérifier les actes correspondant et faire les éventuelles corrections.




Aperçu généalogique

Nom : Barbe ESSELIN
Parents : Toussaint ESSELIN et Anne Elisabeth MARTIN
Conjoint : Rémy HUMBERT
Lien de parenté : mon ancêtre à la 8ème génération
  1. Barbe ESSELIN
  2. Thérèse HUMBERT
  3. Henriette Augustine FRANQUIN
  4. Alfred DÉLY
  5. Georgette DÉLY
  6. Henri FOURNIER
  7. Ma maman
  8. Moi

mercredi 28 juin 2017

V comme... Villers les Nancy

Je vous propose de revenir aujourd'hui en Lorraine du côté de mes ancêtres maternels, dans la commune de Villers les Nancy, dans la périphérie immédiate de la Nancy.


Eglise Saint Fiacre de Villers les Nancy - Wikimedia Commons

C'est là que vécurent pendant longtemps les descendants d'Hubert PRUD'HOMME, dont j'avais parlé l'an dernier.


L'un de ses fils, François, s'y est marié en 1817 avec Jeanne DURANT, dont les parents ont fait l'objet de la lettre H comme... Houdemont il y a quelques jours.


Voyons un peu leur acte de mariage :



Acte de mariage de François PRUD'HOMME et Jeanne DURANT - 1817 - Villers les Nancy AD54

Le mariage est célébré le 12 février 1817 à 11 heures du matin par le maire de Villers les Nancy.


Le futur époux, François PRUD'HOMME, est tailleur d'habit. Il est né le 26 novembre 1788 à Villers et y habite avec ses parents Hubert PRUD'HOMME, propriétaire, et Marie CHARBONNIER, qui sont présents et consentants.


Quant à la mariée, Jeanne DURANT, elle est née à Nancy le 10 vendémiaire an IV (2 octobre 1795). Elle vit à Villers avec ses parents, Etienne DURANT, jardinier et Marguerite VUILLAUME.


En plus des pères des époux, 4 témoins habitant Villers sont cités dans l'acte :

  • Pierre COLIGNON maçon à Villers, âgé de 34 ans, beau-frère de l'époux (c'est le 2nd mari de sa soeur ainée Barbe PRUD'HOMME)
  • Nicolas Antoine SELLIER âgé de 60 ans ami de l'époux
  • Monsieur Esprit Marie Joseph Pierre de SIVRY ami de l'épouse
  • Jean VUILLAUME jardinier âgé de 39 ans oncle de l'épouse

Ils signent tous au bas de l'acte, et on peut admirer la belle signature de François PRUD'HOMME au centre.

Le couple n'eut qu'un seul enfant, Joseph, né le 23 août 1818 à Villers. Il épousa Anne FERRY le 13 juillet 1852 à Velaine en Haye. Ce sont mes ancêtres.


François mourut prématurément, le 28 janvier 1821 à l'âge de 32 ans. Son fils n'avait alors que 2 ans.


Jeanne se remaria l'année suivant avec Jean Claude QUÉNEL le 30 avril 1822 à Villers, et ils eurent ensemble 2 enfants :

  1. Anne Marie, née le 13 janvier 1823 et morte quelques jours plus tard.
  2. Joseph, né le 7 janvier 1824. Il épousa Marie Louise LASSALE le 13 novembre 1844 à Villers
Deux Joseph dans le même foyer : ça ne devait pas être facile tous les jours. J'ignore si mon aïeul eut une vie heureuse dans la nouvelle famille de sa mère. Son mariage tardif à 34 ans, 7 ans après le mariage de son demi-frère, m'interpelle. A-t-on eu du mal à lui trouver une épouse ? Son apprentissage de tailleur de pierre l'avait-il éloigné de Villers ? Mystère... En tous cas, son beau-père Jean Claude QUÉNEL était présent à son mariage, de même que son oncle Joseph PRUD'HOMME, tailleur de pierre, preuve que les liens avec sa famille paternelle avaient été conservés.

Pour l'anecdote...

L'un des témoins ci-dessus, Esprit Marie Joseph Pierre de SIVRY, était le fils du dernier seigneur de Rémicourt, et le frère de Madame de VANNOZ, poétesse lorraine.

Château de Rémicourt à Villers les Nancy - Wikimedia Commons



Aperçu généalogique

Nom : Jeanne DURANT
Parents : Etienne DURANT et Marguerite VUILLAUME
Conjoint : François PRUD'HOMME puis Jean Claude QUÉNEL
Lien de parenté : mon ancêtre à la 7ème génération
  1. Jeanne DURANT
  2. Joseph PRUD'HOMME
  3. François PRUDHOMME
  4. Albert PRUDHOMME
  5. Suzanne PRUDHOMME
  6. Ma maman
  7. Moi

mardi 27 juin 2017

U comme... Mairie Unique de Lyon

Lyon n'a pas toujours été la métropole découpée en arrondissements que nous connaissons aujourd'hui. La municipalité eut différentes formes selon les époques :

  • Une première municipalité au sortir de la réunion, dans une période bien instable.
  • Ensuite un premier découpage de la ville en 3 subdivisions : Nord, Sud et Ouest.
  • En 1805, avec l'avènement de l'Empire, c'est le retour à la municipalité unique, et ce jusqu'en 1852 où seront créés les premiers arrondissements.

Durant cette période, plusieurs de mes ancêtres ont laissé des traces dans l'état civil lyonnais, et je trouve donc les actes les concernant dans les registres sous le terme "Mairie Unique".

C'est notamment le cas du mariage de Pierre RIBOLLET et Marie BAUCHU, grands-parents maternels de mon arrière-grand-père Papa Jean.

Acte de Mariage de Pierre RIBOLET et Marie BAUCHUT - 1835 - Lyon AM

Le mariage est célébré le 5 août 1835 à la mairie de Lyon.

Le marié, Pierre RIBOLET, est né à Lyon le 28 frimaire an XIV. Il est dessinateur et habite à Lyon au 79 quai des Augustins avec ses parents, Jean Pierre RIBOLET, employé à la mairie de Lyon, et Anne RIBOULET.

La future épouse, Marie BAUCHUT, est née à Saint Genis Laval, juste à côté de Lyon, le 7 août 1813. Elle habite 4 rue du Bat d'Argent à Lyon, avec sa mère Claudine CHAZOT, rentière, son père Jacques BAUCHUT étant décédé.

Les témoins de leur union sont : 

  • Nicolas ROMAND, 47 ans, teneur de livre (celui qui tient les livres de compte dans une entreprise)
  • Philippe BAUCHU, 55 ans, chapelier, oncle de l'épouse
  • Pierre Honoré RIBOLET, commis négociant, oncle de l'époux
  • Hugues RIBOULET, 64 ans, propriétaire rentier, oncle de l'époux

Comme vous pouvez vous en douter, RIBOLET et RIBOULET sont deux formes d'un même patronyme (on trouve aussi la forme RIBOLLET), et ils font partie de la même famille, les parents de Pierre étant même cousins germains.

Pierre et Marie n'eurent que deux enfants

  1. Claudine, née le 29 mai 1836. Elle épousa Alphonse COLIN le 9 octobre 1858 à Lyon. Ce sont les parents de Papa Jean.
  2. Louis Antoine Pierre Anne Marie, né le 10 octobre 1837. Ordonné prêtre en 1860, il fut vicaire général d'Alger

C'est vraisemblablement Louis qui a fait réaliser la série de portraits le représentant ainsi que ses parents. Voici une photo de ces tableaux prise juste avant qu'ils ne soient répartis entre ma grand-mère et sa cousine germaine Marie-Thérèse.



Nous avons bien de la chance de pouvoir savoir à quoi ressemblaient ces ancêtres nés au début du XIXème siècle !


Aperçu généalogique

Nom : Pierre RIBOLET
Parents : Jean Pierre RIBOLET et Anne RIBOULET 
Conjoint : Marie BAUCHU
Lien de parenté : mon ancêtre à la 6ème génération
  1. Pierre RIBOLET
  2. Claudine RIBOLET
  3. Jean "Papa Jean" COLIN
  4. Suzanne COLIN
  5. Mon papa
  6. Moi

lundi 26 juin 2017

T comme... Trémolat

Trémolat est un joli village de quelque 600 âmes niché dans une boucle de la Dordogne à mi-chemin entre Bergerac et Sarlat.

Plan de situation de Trémolat - Google Maps

Ceux qui connaissent un peu ma généalogie doivent trouver surprenant que je parle d'une commune du Périgord. Même si c'est une région que mon épouse et moi aimons beaucoup, aucun de nous deux n'y a d'ancêtre. Pourtant un couple de collatéraux s'y est fixé au début des années 1920.

C'est en effet à Trémolat que le Dr Raymond Villecourt [1] et son épouse Claudine SALZAT sont venus s'installer quand ils sont revenus du Canada vers 1925, après près de 25 ans passés dans ce pays.


Eglise Saint-Hilaire de Trémolat - Wikimedia Commons

Raymond et Claudine étaient cette époque à la tête d'une famille nombreuse de 8 enfants, dont 4 étaient revenus en France avec leurs parents, les autres ayant fait leur vie au Canada.

Je savais tout cela par les dossiers de ma grand-tante Badie, mais elle ignorait où étaient nés les enfants, à part le 3ème d'entre eux, Roger, qui avait vu le jour à Bordeaux.

En récupérant son acte de naissance, j'ai découvert qu'il était né sous le nom de Roger SALZAT, même si c'est Raymond VILLECOURT qui avait déclaré la naissance. Une mention marginale indiquait de plus que Roger avait été légitimé par le mariage de ses parents en 1926 !

Oui, vous avez bien lu ! Raymond et Claudine était un couple moderne : ils avaient eu 8 enfants sans être mariés, ce qui était une chose peu banale au début du 20ème siècle.

C'est donc respectivement âgés de 58 et 51 ans que  le couple décida de régulariser la situation, peut-être pour faciliter leur succession, et c'est ainsi qu'ils se marièrent le 29 juillet 1926 à Trémolat, 30 ans après la naissance de leur premier enfant.

Ce n'est pourtant pas leur acte de mariage que je vais vous présenter aujourd'hui, mais un acte exceptionnel inscrit dans les registres de Trémolat juste après l'acte de mariage.





Acte de reconnaissance de leurs enfants par Raymond VILLECOURT et Claudine SALZAT - 1926
Trémolat - Mairie

Dans cet acte, Raymond VILLECOURT et Claudine SALZAT, qui viennent de se marier, reconnaissent et légitiment leurs 8 enfants, enfants qui sont ensuite listés avec leurs dates et lieux de naissance :
  1. Edmond, né le 20 juin 1896 à Paris 5ème arrondissement (Seine)
  2. Marcelle, née le 4 février 1898 à Sèvres (Seine et Oise)
  3. Roger, né le 7 janvier 1900 à Bordeaux (Gironde)
  4. Fernand, né le 2 février 1903 à Ville-Marie (Québec)
  5. Suzanne, née le 31 octobre 1905 à Montréal (Québec)
  6. André, né le 14 juin 1908 à Montréal (Québec)
  7. Lucien, né le 17 octobre 1913 à Montréal (Québec)
  8. Georges, né le 24 août 1916 à Montréal (Québec)
De quoi bien compléter les informations que Badie avaient réunies, et continuer retracer leur descendance. 

Je n'ai jamais trouvé d'autre acte de ce genre dans les registres. Au mieux la reconnaissance d'une ou deux enfants nés quelques temps avant l'union de leurs parents. Mais jamais autant d'enfants en même temps. Et vous ?


[1] Pour rappel, Raymond VILLECOURT était un cousin germain de mon arrière-grand-père Pierre "Parrain" VILLECOURT